Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 00:10

C'est un signe de médiocrité que d'être incapable d'enthousiasme. Honoré de Balzac.


Repost 0
Published by *Viviane* - dans CITATIONS DIVERSES
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 00:15

Allez voir le livre de Nicolas Constans 

 

 

 

Dans "Les bijoux de la Castafiore", les lacets défaits de l'accompagnateur Wagner trahissent ses escapades secrètes pour aller jouer au courses.

S'il a les lacets défaits, c'est probablement parce qu'il a fait "un mauvais noeud", un noeud qui glisse.

Mais comment le savoir ?

Qu'est-ce qu'un "noeud de vache" ou un "noeud plat" ?

 

 

lacet-magique.jpg 

      (Le maître des conférences de philosophie a toujours ses lacets défaits, ils traînent par terre de chaque côté de ses chaussures... je me demande s'il le fait volontairement ou s'il ne sait pas faire les noeuds...)

 

 

   Boucles, nœuds... Comment faire ses lacets ? Réponse avec des expériences !

Boucles, nœuds... Comment faire ses lacets ? Réponse avec des expériences ! © DR

 

Observez les nœuds des lacets de votre entourage.

Comment sont disposées leurs boucles ?

 La plupart sont plutôt perpendiculaires à la longueur de la chaussure.

Mais certaines ont tendance à être de biais, dans la direction de la chaussure : on n’arrive pas à les mettre parfaitement perpendiculaires.

C’est le signe d’un nœud glissant.

 


Première expérience :

le nœud papillonne

 


Car il n’y a pas un nœud de lacet standard, mais deux, l’un glissant et l’autre pas.

Ils diffèrent seulement dans la façon de faire le nœud initial – celui très simple par lequel on commence.

 

       Nœud plat

Nœud plat. © SuperManu -  licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 3.0 Unported, 2.5 Générique, 2.0 Générique et 1.0 Générique


Un matin, faites à l’une de vos chaussures votre nœud habituel. Pour l’autre, inversez, comme dans un miroir, le sens du nœud initial, et finissez comme d’habitude.

Au cours de la journée, combien de fois devez-vous refaire votre lacet, pour chaque chaussure ?

 

Nœud plat et nœud de vache, quelle différence ?


Le nœud qui a ses boucles de biais se défait le plus souvent.

Pourquoi ?

D’abord, simplifions : si on défait les boucles (en tirant avec le doigt passé à travers), on se retrouve avec un nœud formé de deux nœuds simples : deux fois le même dans le cas du nœud qui donne des lacets en biais, deux nœuds inversés pour l’autre. Ce sont respectivement le nœud de vache – les Anglo-Saxons disent le « nœud de mamie » – et le nœud plat.


En quoi se distinguent-ils ?


Fixez deux extrémités d’un lacet ou d’une corde avec un nœud de vache.

Puis tirez fortement sur les lacets.

Comment résiste-t-il ?

Recommencez avec le nœud plat. Le nœud plat se resserre mais ne cède pas.

Le nœud de vache se resserre étroitement, mais petit à petit cède du terrain : les bouts libres glissent jusqu’à se dégager, et les lacets se détachent.

Pourquoi ?

Ce qui fait tenir un nœud, c’est le frottement des cordes entre elles.

C’est d’ailleurs pourquoi les lacets ronds tiennent beaucoup moins bien que les plats : la surface de contact entre les brins, celle qui frotte, est moins grande.


Deuxième expérience :

au plat, votre nœud ?


Observez le nœud plat : comment se serre-t-il ?

Chacun des lacets du nœud plat décrit une courbe qui enserre les deux bouts de l’autre lacet.

Par conséquent ces bouts frottent l’un contre l’autre et ne glissent pas : le nœud tient.

En revanche, un tel dispositif n’existe pas dans le nœud de vache, où les bouts d’un même lacet ne sont pas maintenus ensemble : quand la tension appliquée au lacet est suffisamment importante pour contrebalancer les forces de frottements, le nœud glisse.

 

          Boucle perpendiculaire ou de biais, c'est le secret des lacets !

Boucle perpendiculaire ou de biais, c'est le secret des lacets ! © Dunod


Finalement, pourquoi certains ont-ils appris à faire un nœud glissant et pas les autres ?

Il peut s’agir de gauchers, pour lesquels l’apprentissage se fait souvent en miroir des droitiers, ce qui introduit des asymétries.

Par ailleurs, quand, enfant, on apprend à nouer ses lacets, il y a généralement la manière « orthodoxe » – on prend une boucle, on noue l’autre lacet autour d’elle, etc. – et celle qui est dite « facile » : on fait le nœud de départ puis encore un autre avec les boucles.

 


Au final, comment faire ses lacets ?

 


Cette dernière  est généralement déconseillée, car elle aboutit à un nœud moins sûr.

Mais en fait, elle n’est moins sûre que parce qu’on fait le nœud de départ et celui des boucles de la même façon : il suffirait d’inverser le sens de l’un des deux pour retomber sur le nœud plat, non glissant.

Une conclusion qui vaut pour tous ceux dont les lacets se défont continuellement : inversez le sens du nœud initial.


Autre façon de faire, celle proposée par un informaticien australien, Ian Fieggen : s’apercevant que ses lacets avaient toujours tendance à céder du même côté, il se mit en quête d’une façon plus symétrique de les nouer.

Il en a trouvé une, qui aboutit au même nœud plat : après le nœud initial, il forme deux boucles identiques à gauche et à droite, qu’il fait pénétrer l’une dans l’autre.

Ce qui se révèle à la longue beaucoup plus rapide. 

Il propose aussi une alternative au double nœud : comme pour la manière facile, on fait le nœud de départ puis un nœud avec les boucles, mais en rajoutant un tour de plus.

Il est aussi solide que le double nœud, et a l’avantage de se détacher comme le nœud standard, en tirant sur un des lacets.

 


Matières à expériences


Les nœuds résistent, glissent et parfois cassent.

Mais où exactement ?

 Des chercheurs suisses et polonais ont proposé en 2001 de faire des noeuds sur des spaghettis cuits...  et ils l'ont fait (et fait faire)

Ne concluez pas trop vite que les chercheurs s'amusent ! non, ils expérimentent !

Constatez-vous, comme eux, que le point de rupture se situe presque toujours au début du nœud ?

Repost 0
Published by *Viviane* - dans GRANDES DECOUVERTES
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 00:15

  

Les orages.


Pour qu'il y ait un orage, il faut que l'atmosphère soit instable et que pour une raison quelconque l'air soit obligé de commencer une ascension.


Le réchauffement du sol à la fin du printemps et en été donne des "orages locaux" appelés ainsi parce qu'ils apparaissent sur des surfaces plus ou moins réduites, on les nomme aussi "orage de chaleur" parce qu'ils se forment sous l'effet d'une ascension locale d'air chaud et humide.

Ils se produisent souvent durant l'après-midi et les soirs d'été, au moment où la température du sol est la plus élevée.



Si une impulsion d'air chaud s'approche d'un front froid on a des "orages en ligne", ils apparaissent le long d'une ligne ou immédiatement derrière.



Dès le début de la formation du nuage, l'air ascendant augmente sa vitesse d'ascension parce que la condensation de la vapeur libère la chaleur latente et à son tour, celle-ci réchauffe l'air, le rendant ainsi plus léger.
Le nuage enfle rapidement et monte jusqu'à 6 ou 7 km de hauteur.

La partie supérieure est formée de cristaux de glace, c'est le "cumulo-nimbus" dans lequel il y a de très forts courants ascendants.


L'orage se trouve alors dans sa 1ère phase dite "phase de cumulo-nimbus".


Ensuite les cristaux de glace tombent le long des bords du nuage et ce sont les "cirrus" qui arrivent, c'est la formation des "cumulo-nimbus-capillatus" qui indique que l'orage est dans sa 2ème phase dite "phase de maturité".
 
Les gouttes sont entraînées vers le haut, se congèlent et tombent en ajoutant une nouvelle couche de liquide, puis elles remontent et se recongèlent, plusieurs fois jusqu'à ce qu'elles soient assez lourdes pour tomber sur le sol sous forme de grêlons, sur lesquels on peut facilement constater plusieurs couches concentriques de glace .



Lors de la 3ème phase dite "phase de dissipation",les fibres des cirrus se soudent au sommet prenant la forme approximative d'une enclume, c'est le "cumulo-nimbus à enclume" qui est à 10 km d'altitude environ.





Dans les nuages orageux, les goutelettes sont frottées énergiquement par d'intenses courants verticaux qui les électrisent en séparant leurs charges électriques.

Les charges négatives ont tendance à monter et les charges positives ont tendance à descendre.
 
Ces charges positives ne se trouvent plus à leur place et cette position anormale distorsionne le champ électrique normal de l'atmosphère donnant naissance à de "l'instabilité électrostatique".
 
 Rien ne va durer, chaque élément va chercher à reprendre "sa" place.


C'est la foudre qui va tout ramener dans l'ordre, elle va faire entendre ses détonations produites par la brutale dilatation des gaz le long de l'éclair  et en quelques millièmes de seconde les gaz qui entourent le traceur (ou précurseur)  atteignent des dizaines de milliers de degrés.

L'étincelle arrive juste au moment où la différence de potentiel (tension) entre 2 points atteint  30 000 volts par cm.



Ce phénomène peut se produire aussi bien entre 2 points d'un nuage qu'entre 2 nuages ou que d'un nuage à la terre (nuage-sol) , par contre bien plus rarement de la terre au nuage !

Il existe 2 sortes de "nuage-sol" :

-descendant (vers le sol) c'est le plus fréquent, il peut dévier vers un nuage-sol ascendant par un temps très violent ou lors d'un orage particulièrement fort.

-ascendant ( du sol vers le nuage) à l'avant du nuage lors des coups de foudre sur des structures en hauteur.


Au cours d'un orage, il peut y avoir des trombes d'eau, des tornades, de la pluie, de la grêle et bien entendu des éclairs et la foudre.


Repost 0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 00:15

Voir le livre de Nicolas Constans   

 

 

 

A la fin du XIXème siècle, la revue scientifique "L'illustration" publiait une chronique intitulée : "La science amusante" par un certain Tom Tit, qui connut un grand succès.

 

Dans l'une d'elles, "L'oeuf valseur".

(Il y avait même un coquetier !) 


La science amusante de Tom Tit, revue dans laquelle était parue l'expérience de l'œuf valseur.
La science amusante de Tom Tit, revue dans laquelle était parue l'expérience de l'œuf valseur. © DR


Première expérience :

faire tourner un œuf cru (puis cuit)


L'œuf cru

Posez un œuf cru sur la table.
Puis faites-le tourner sur lui-même.

Que se passe-t-il ?  L’œuf tourne avec difficulté.

Pourquoi ?


Parce qu’entre la coquille solide de l’œuf cru, et son intérieur liquide, la communication n’est pas très bonne.
Dans un solide, les molécules sont comme soudées l’une à l’autre, alors que dans un liquide elles ne sont que faiblement liées entre elles. Donc elles ne transmettent qu’imparfaitement les forces.


Un œuf cru aura du mal à tourner sur lui-même. Un œuf cuit, avec une impulsion forte, se redresse à la verticale !

Un œuf cru aura du mal à tourner sur lui-même. Un œuf cuit, avec une impulsion forte, se redresse à la verticale ! © Dunod


Résultat : quand l’impulsion est donnée, les molécules de la coquille solide n’entraînent au mieux que les plus périphériques de leurs consœurs du blanc d’œuf, et ne parviennent pas à mettre en branle le reste.


Les parties de l’œuf qui tournent frottent sur celles qui sont immobiles ou plus lentes.


Ces frottements ralentissent puis arrêtent assez rapidement le mouvement  de l’œuf.


Faire tourner un œuf de cette manière, puis tenter de l’arrêter en posant un instant ses doigts dessus, est d’ailleurs un bon moyen de savoir s’il est cru ou cuit.

Car s’il est cuit, il tourne beaucoup plus longtemps. Mais dans ce cas, il y a mieux...


L'œuf cuit

Cuisez l’œuf une dizaine de minutes dans l’eau bouillante (mettez l’œuf dès le départ dans l’eau froide salée). Posez-le ensuite sur la table, et faites-le tourner le plus vite possible.

Qu’observez-vous ?

Si l’impulsion initiale est faible, l’œuf ne fait que tourner en position horizontale, voire légèrement inclinée.


Mais si elle est assez grande (il faut donner un bon coup de poignet), l’œuf se redresse et se met à tourner en position verticale, pendant plusieurs secondes.
Ensuite il ralentit et finit par retomber.


Pourquoi ?
Quel est le rôle de la vitesse ?


Faites tourner l’œuf sur lui-même, à plusieurs vitesses, d’abord horizontalement, puis verticalement.

Horizontalement l’œuf tourne sans problème quelle que soit la vitesse.


En revanche, verticalement, il faut le lancer plus vite, comme une toupie. Sinon, il tombe. 

 


Gravité et énergie cinétique

 

 

Donc, que ce soit quand l’œuf tourne debout, ou quand l’œuf, initialement couché, se redresse, la contrainte est la même : il lui faut dépasser une certaine vitesse. 


Pourquoi ?
Pour vaincre la gravité.


Être debout, pour l’œuf, comme pour le bipède au matin, demande de l’énergie.


Pour qu’il adopte cette position, il doit trouver cette énergie quelque part.


La seule réserve dont il dispose est contenue dans son mouvement de rotation.


Il ne peut donc se redresser que si l’énergie de son mouvement de rotation debout est inférieure à celle de sa rotation couchée, et que la différence est au moins égale à l’énergie nécessaire pour qu’il se relève.


Si sa rotation est trop lente, rien à faire : son énergie est plus faible que celle dont il a besoin pour se relever (cette « énergie cinétique », comme l’appellent les physiciens, est proportionnelle au carré de sa vitesse de rotation).

 
Voilà pourquoi une vitesse minimum est nécessaire.


Mais pourquoi l’œuf utilise-t-il moins d’énergie à tourner debout que couché ?


Parce que la rotation d’un objet ne demande pas la même énergie selon sa forme et selon la direction autour de laquelle il tourne.


Ainsi, faire pivoter (par exemple) un stylo (ou autre) selon l’axe de sa longueur nécessite moins d’énergie que si l’axe est perpendiculaire au stylo et passe par son milieu : dans le second cas, chaque portion du stylo parcourt un chemin beaucoup plus grand que dans le premier (par exemple, la pointe décrit un cercle dont le diamètre est la longueur du stylo).


Comment observer l'énergie cinétique de façon ludique ? Avec un œuf !

Comment observer l'énergie cinétique de façon ludique ? Avec un œuf! © Kacper Kangel Aniolek - licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)


Seconde expérience :

l’œuf, les frottements et l'énergie

 


Le concept utilisé par les physiciens pour traduire ce fait est le moment d’inertie.


Plus celui-ci est petit, moins l’objet a besoin d’énergie pour tourner.


C’est exactement ce que fait une patineuse pour exécuter plus facilement une pirouette : elle ramène bras et jambes le long de son corps, c’est-à-dire diminue son moment d’inertie.


Même chose pour l’œuf.


L’œuf qui tourne debout a un plus petit moment d’inertie que l’œuf couché.
Donc quand il se redresse, l’énergie nécessaire à sa rotation diminue.


L’œuf, contrairement à la patineuse, n’a pas de bras.
Il ne peut pas modifier son moment d’inertie tout seul.


Qu’est-ce qui le relève ?


Ce sont les frottements.

Chaque fois que l’œuf frotte, il perd de l’énergie.


Il en a donc moins pour tourner.


Conséquence : son moment d’inertie doit diminuer.


Et le seul moyen de le faire est que l’œuf se rapproche de la position debout.


Ce sont donc les frottements qui, petit à petit, redressent l’œuf.


Ce n’est qu’ensuite qu’ils finiront, lentement mais sûrement, par ralentir puis stopper la rotation.


Les œufs tournants : la fin d'une énigme ?


Dans ses détails, le redressement de l’œuf fait toujours l’objet de controverses.


En 2002, deux physiciens, K. Moffatt, et Y. Shimomura ont proposé une solution au titre décidé :
« Œufs tournants – un paradoxe résolu ».

 

Ce qui a fait bondir Andy Ruina, professeur de mécanique à l’université de Cornell, pour lequel cette analyse ne fait somme toute que réinventer la roue, tout en laissant le fond du problème entier.

Depuis, Nawaf M. Bou-Rabee et deux collègues de Caltech ont soumis un article très fouillé sur la question.

Ils clarifient en particulier le rôle central d’une quantité, la constante de Jellett, qui reste à peu près invariante tout le long du redressement.

Eh oui, « tout cela pour un œuf », comme aurait dit Ionesco...


Matières à expériences 


Le redressement spontané s’applique à tous les objets de forme quasi ellipsoïdale.

Mais l’œuf n’est pas symétrique : il a un petit et un gros bout.

Sur lequel se relève-t-il ?

Le gros, le petit ou les deux ?

Repost 0
Published by *Viviane* - dans GRANDES DECOUVERTES
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 00:15

 

 

La mémoire qui flanche?

 

On a beau avoir de la mémoire, les fameux "trous" ne sont pas que des "on dit"

 

Certains d'entre nous "bloquent" au moment de taper un code confidentiel

 

Chacun a ses petits trucs, ses petites méthodes.


Les moyens mnémotechniques sont les plus commodes. 

On fabrique des mots avec les premières lettres d'une liste, des termes d'un texte ou de ce qu'on veut retenir.

On peut les inventer soi-même ou se servir de ceux qui existent déjà.

 

MEMOIRE1.jpg

 


En fait, tout pour éviter le "trou de mémoire".



Les scientifiques appellent le procédé mnémotechnique "un plan de récupération"!

 

Quelques exemples :

 

Pour retenir  les noms des planètes (avec Pluton)  dans l'ordre en partant du Soleil :


Mercure - Vénus - Terre - Mars -  Jupiter - Saturne - Uranus - Neptune -   Pluton -

Chaque première lettre correspond à la lettre de la planète.

 

Me Voici Tout Mouillé Je Suis Un Nageur Pressé

ou

Mon Vélo Trop Moche Je Suis Un Nouveau Piéton

(Pluton, n'est plus considérée comme une planète à part entière, mais sans elle.... les petites phrases un peu nunuches ne veulent plus rien dire !)

 

Ce sont deux exemples parmi d'autres... vous devez en connaître vous aussi ou vous pouvez vous amuser à en fabriquer, les enfants adorent ce genre de jeu.

 

Pour retenir des grands écrivains du XVIIème siècle, il y a une phrase très très connue :


la Corneille, perchée sur la Racine de La Bruyère, Boit l'eau de La Fontaine à Molière.

Corneille - Racine - La Bruyère - Boileau - La Fontaine -  Molière -

 

Il y a d'autres façons bien entendu

 

MEMOIRE.png

 



- associer mentalement un mot et une image

- imaginer une action

- élaborer un parcours jalonné...

 

Inventer des moyens divertissants pour paraître avoir une bonne mémoire !


 MEMOIRE2.jpg

 



Je connais quelqu'un qui note tout sur des petits morceaux de papier et bientôt il lui faudra même un petit papier pour lui dire de se servir de la clé pour ouvrir la maison ou démarrer sa voiture !

 

MEMOIRE4.jpg
Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 00:15

 


L'atmosphère.


Tout au début l'atmosphère était mesurée en plaine et quelquefois du sommet d'une montagne, sans penser qu'il pouvait y avoir une différence entre les deux.




Au XVIIème siècle, Florin Périer a constaté que la pression atmosphérique diminuait avec l'altitude, prouvant de cette façon la "pesanteur" de l'air.


Au XIXème siècle, l'utilisation d'un ballon, puis d'un ballon-sonde ont permis de faire de gros progrès.

Ensuite, les engins spatiaux ont pris le relais et ils vont au-delà de l'atmosphère.


L'atmosphère a longtemps été le cauchemar des photographes spécialisés, elle est semi-transparente et elle brouillait les plaques photographiques.
C'est pour cette raison que les observatoires terrestres en hauteur ont eu un franc succès jusqu'à l'arrivée des télescopes placés sur orbite.






La limite entre l'atmosphère terrestre et l'atmosphère solaire est théorique .

Elle est définie comme la distance supposée où les molécules de gaz atmosphérique cessent de subir l'attraction terrestre, ce qui peut se vérifier à environ 60 000km au-dessus de l'équateur et de 30 000km au-dessus des pôles.
 
Ces mesures ne sont qu'indicatives parce que l'épaisseur de l'atmophère varie, elle subit l'influence de la rotation Terre/Lune et des interférences gravitationnelles de la Lune et du Soleil.





Les gaz de l'atmosphère sont continuellement brassés.
 
Elle n'est pas homogène.
 
Au niveau de la mer on trouve les gaz majeurs 78,1% d'azote, 20,9% d'oxygène et 0,9% d'argon.
Les gaz mineurs varient avec l'altitude, la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone, le dioxyde de sulfure et l'ozone.


On trouve 5 couches dans notre atmosphère (de bas en haut)
 
1) la troposphère , de 8 à 15 km, il s'y produit les phénomènes météorologiques et les mouvements atmosphériques.
 
2) la stratosphère, 50 km environ, elle abrite une grande partie de la couche d'ozone
 
3) la métosphère, environ 80 km et une température de -80°
 
4) la mésosphère , environ 800 km
      
5) l'exosphère jusqu'à 50 000km


L'atmosphère terrestre peut modifier la lumière qui la traverse de différentes manières.
 
Il y a le problème de turbulence, les mouvements tourbillonnaires qui dévient les rayons qui la traversent.
 
Le problème de l'absorption, les ondes lumineuses sont récupérées par les gaz de l'atmosphère, elles ont souvent bien du mal à atteindre la Terre.





Bref ! c'est comme si on vivait à l'intérieur d'un puits !


La science a fait des progrès rapides
 
 L'atmosphère terrestre a une composition qui la rend relativement transparente aux rayonnements électromagnétiques dans le domaine du spectre visible,  mais relativement opaque aux rayonnements infra-rouge émis par le sol (ce qui est à l'origine de l'effet de serre)


On peut analyser les différents phénomènes optiques causés par l'indice de réfraction du milieu de propagation des ondes électromagnétiques comme l'arc-en-ciel et le mirage.

La couleur du ciel diurne
est due à l'absorption du rayonnement solaire en fonction de la longueur d'onde.

 On observe des couleurs inhabituelles comme les aurores boréales ou australes qui sont le résultat de l'interaction entre les particules du vent solaire et la haute atmosphère.





La masse atmosphérique est près de la surface de la Terre, en altitude elle diminue.

Pour mesurer on se sert d'un baromètre et d'un altimètre.


L'atmosphère est responsable de l'effet de serre, sans elle la température serait de -18° sur terre, alors qu'elle est de 15° en réalité.


Repost 0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 00:15

      (Un crocodile venu d'internet)

 

       Comme bien souvent il y a plusieurs explications !



      "Verser des larmes de crocodile" se dit quand une personne fait semblant "d'être triste, semblant de pleurer."

 


       Une légende raconte que les crocodiles du Nil attiraient leurs victimes en gémissant et en émettant des sortes de pleurs, un peu à la manière des sirènes qui chantaient pour emmener les humains si loin dans les eaux qu'ils allaient vers leur propre mort.

 


      Par contre, on raconte aussi que les crocodiles ne pleurent pas de tristesse ou pour tendre un piège, mais parce que leurs glandes lacrymales fonctionnent en même temps que leurs glandes salivaires et elles se mettent en action toutes les deux lorsqu'ils dévorent leurs proies.


 

      Il y en a d'autres, mais je ne garde que ces deux-là!


Repost 0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 00:15

 La Tour de Babel. (2)


"Je continue..."
 

Dieu pensa que tout était bien trop parfait et que ces humains n'auraient bientôt plus aucun but dans la vie et il a décidé de les punir pour leur vanité.


Considérant que c'était un projet plein d'orgueil, le Tout Puissant a décidé que les langages seraient désormais différents et il les multiplia !


Catastrophe !!!


Les humains ne se comprenaient plus, ils ne s'en donnaient même pas la peine, ils ont presque aussitôt cessé de construire la Tour et se sont dispersés un peu partout sur la terre, chacun préoccupé seulement par son propre inérêt.


Ce récit est bien souvent considéré comme une illustration du danger à vouloir se placer à l'égal de Dieu (des puissants), de défier par cette recherche voulue de se comprendre et réaliser de grands projets.


Est-ce vraiment l'explication de l'origine de la diversité des langues de notre monde ? De nos diverses civilisations ?


Pour ma part, je trouve assez cocasse d'imaginer que nos diverses civilisations seraient peut-être nées d'un délire architectural ! (avis tout personnel)


La Tour construite à Babylone était sans aucun doute un ziggurat (un ziggourat)  en se référant à l'histoire, elle devait se trouver près du sanctuaire principal de Babyl, un sanctuaire dédié au Dieu des babyloniens : Marduk (Mardouk).
 

Cette construction n'était sans doute pas unique en son genre, il y avait de ces sanctuaires un peu partout.

Un ziggurat était une structure construite en briques, elle avait des allures de pyramide et pouvait atteindre une centaine de mètres.


Un ziggurat était fait de plates-formes superposées, de dimensions décroissantes, de plus en plus étroites en allant vers le haut et sur son sommet, il y avait très souvent une sorte de petit temple qui était censé être la porte du Dieu lorsqu'il venait sur terre.



Il existait des ziggurats (et des pyramides) un peu partout et aussi, ailleurs qu'en Mésopotamie... il a été démontré que ces constructions étaient toutes orientées de la même façon, au millimètre près !


Difficile de croire au hasard !
(à moins qu'on ne veuille croire le dieu Marduk !!!)



Repost 0
Published by *Viviane* - dans DES OBSERVATOIRES
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 00:15

  

    "prendre la mouche" signifie "s'énerver sans raison, être susceptible"



(Une belle mouche, venue tout droit de chez Wikipédia)

      C'est une expression ancienne qui est la même que :
     "Quelle mouche l'a piqué ?"

 



   Elle fait allusion à la mouche qui pique les bovins pour se nourrir de leur sang.

 


La piqûre de ces insectes provoque des mouvements désordonnés  de l'animal qui paraît tout à coup s'agiter sans raison apparente.



    Comme le boeuf piqué, l'humain s'emporte sans qu'on en comprenne la cause.

Repost 0
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 00:15

 

Epictète.

(50/125 ou 130) dates incertaines.

 


  epictete2.jpg

 

D'après les recherches effectuées, Epictète serait né à Hiérapolis.



Durant son enfance, il a été emmené comme esclave au service d'un affranchi de Néron, c'était un maître cruel qui lui a cassé une jambe, d'où le surnom d'Epictète le boiteux. 


 

Il a tout de même réussi à assister aux conférences de Rufus, un maître stoïcien.


 

Plus tard quand il a été affranchi, il s'est mis à étudier la philosophie, surtout le stoïcisme.


 

Un jour, l'empereur Domitien a chassé tous les philosophes de sa ville, les accusant d'influencer les opposants à son régime.


 

Epictète s'est alors installé à Nicopolis où il a ouvert une école stoïcienne qui a eu vraiment beaucoup de succès.


Les cours d'Epictète se faisaient de façon orale, sous forme de discussions et de remises en question.


Beaucoup de  ses adeptes appréciaient la qualité de son enseignement.


 

Ensuite, il serait revenu à Rome (lu chez Spartacus).


A cette époque de sa vie, on rencontre bien des écrits contradictoires.

Certains affirment qu'il aurait vécu jusqu'au règne de Marc-Aurèle et d'autres mentionnent son décès bien avant l'arrivée au pouvoir de cet empereur...

 

Epictète n'a laissé aucun écrit, c'est un de ses disciples, Arrien qui a transcrit ses mots, le tout rassemblé dans deux ouvrages :

les Entretiens et Le Manuel.

 
La doctrine stoicienne d'Epictète s'y retrouve sous forme d'aphorismes*.


 

La philosophie d'Epitècte se veut pratique, il met en avant les grandes valeurs morales, il a voulu rester simple sans chercher à être le meilleur, il n'a jamais recherché la reconnaissance ou les honneurs.


 

Tout tournait autour de la vie et savoir comment la vivre le mieux possible.


  epictete

 

 

Tout d'abord venait la question de l'existence ou non d'une "nature des choses" , il disait que parmi toutes les "choses" de ce monde, certaines nous appartiennent et d'autres non.


Celles qui nous appartiennent,  ce sont nos actions et nos réactions comme les mouvements, les désirs, les inclinaisons, les aversions ...  il les appelait les "prohairetiques"*

Celles qui ne nous appartiennent pas parce que ce ne sont pas nos actions sont les biens, les dignités ... il les appelait les "aprohairetiques"* .


 

*Aphorisme : Phrase courte énoncée oralement en très peu de mots, résumant en général un principe.

*Prohairesis : (prohairetique et aprohairetique). En grec c'est le choix, c'est un terme relatif à la philosophie moral inséparable du concept de délibération et du désir rationnel.

 

Repost 0
Published by *Viviane* - dans DES PHILOSOPHES
commenter cet article

-Les Miroirs Du Temps-

  • : Le Miroir du Temps.
  • Le Miroir du Temps.
  • : Histoire de France - Moyen Age - Technologies et sciences - Réflexions philosophiques et autres - Des évènements de la vie actuelle que j'aime, que je n'aime pas qui me font sourire, rire ou me choquent - Et .... quelques souvenirs...
  • Contact

-Viviane-

  • *Viviane*
  • Tenir un blog me permet de découvrir une autre facette de l'amitié!
 Passionnée d'Histoire, curieuse des "pensées" philosophiques et scientifique de formation, j'aime aussi tenir compte de l'actualité.
  • Tenir un blog me permet de découvrir une autre facette de l'amitié! Passionnée d'Histoire, curieuse des "pensées" philosophiques et scientifique de formation, j'aime aussi tenir compte de l'actualité.

ET DEMAIN... ET DEMAIN...

      

- Mardi - Jeudi - Samedi - Dimanche -

      

-Rechercher-

DEMAIN...PEUT-ETRE...

Même "cadre" qu'en haut de cette page... sans aucun doute plus accessible à cet endroit!

 

      

D'autres thèmes divers :

- mardi - jeudi - samedi - dimanche -

      

-Vous Cherchez ???

-SOLIDARITÉ-AMITIÉ-


  
La bougie de l'amitié pour ceux qui souffrent.

MAINS-BOUGIE.jpg


Pour ces petits anges qui n'ont rien demandé .

Cet homme marche, marche, marche...
Il marche pour nos petits anges atteints de la mucoviscidose, pour relier ceux qui souffrent et ceux qui cherchent à les aider.
 Un jour l'amitié demande à l'amour :
"A quoi peux-tu bien servir?"
L'amitié lui répond :
"Je sers à sécher les larmes que tu fais couler!"

Que ce marcheur ne s'arrête jamais...
Jamais... Tant qu'il n'y aura pas une solution.


L'amitié

L'amitié, vue de loin ressemble à un diamant mais, quand on l'approche, c'est une illumination de larmes de joie qui brille dans les yeux de l'autre.

 

-Dernières Publications-

  • L'ORTIE.
    Notre amie l'ortie. On dit que c'est une "mauvaise herbe !" Et pourtant.... Elle contient de la vitamine A, de la vitamine C (7 fois plus que l'orange) et quelques vitamines du groupe B, du fer, du manganèse, de la silice et de la chlorophylle. Grâce...
  • FOIX ET PAMIERS. (09) (2)
    Au Moyen Age : Foix et Pamiers. Rivales?... ou... Complémentaires?.. L'évêque avait décidé de construire l'évêché à Pamiers , jugeant cette ville plus accessible en venant de Toulouse, mais il voulait surtout montrer au Comte de Foix qu'il comptait bien...
  • CITATION DU JOUR.
    Il faut de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre. Paul Eluard.
  • UNE POMME D'EXCEPTION....
    Serait-ce la pomme d'Eve ? Une pomme "extraordinaire" vient d'être retrouvée au Kazakhstan ! Elle résisterait à toutes les maladies et n'aurait pas à subir le 30 (et quelques...) pesticides utilisés pour nos pommes ! Dans la région d'Almaty dans le sud-ouest...
  • UN MONDE NUMÉRIQUE ...
    Les nombres sont-ils magiques ? Nous vivons dans un monde numérique... Au fil des jours, en lisant vos messages et en parcourant vos espaces du web, j'ai très souvent constaté que beaucoup trop se disent fâchés avec les nombres ou avec le calcul ! Ce...
  • CITATION DU JOUR.
    Celui qui connaît l'art de vivre avec soi-même ignore l'ennui. Erasme
  • L'HUILE DE CACTUS.
    L'huile de cactus. La plus connue est l'huile de figue de Barbarie. Basée dans le désert marocain, la culture du figuier de Barbarie est 100% bio, ce cactus n'ayant besoin que de soleil pour pousser. Au Maroc, les femmes l'utilisent depuis des décennies...
  • LA MONNAIE DE SINGE.
    La monnaie de singe. (Trouvé sur Internet - Un titre ou un bannière.?..) "Payer en monnaie de singe" signifie "ne pas rembourser ce que l'on doit ou payer avec de la fausse monnaie" C'est une expression qui date du Moyen Age. Dans la ville de Paris, pour...
  • CITATION DU JOUR.
    L'imagination a été donnée à l'homme pour compenser ce qu'il n'est pas. L'humour pour le consoler de ce qu'il est. Bernard Werber.
  • UN MYSTERE TOMBE du CIEL.
    La météorite de Tcheliabinsk. Le 15 février dernier un bolide a traversé le ciel de l'Oural, une météorite aussitôt répertoriée par l'Union Astronomique Iternationale. Un éclair brillant, une onde de choc et une traînée blanche et double comme pour des...

-AMBIANCE-