Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 00:15



 
L'Histoire.

Si on fait abstraction de la simple notion de récit, le mot "histoire" a deux significations.

"histoire" avec un "h" minuscule, c'est la science historique en tant que discipline et recherche du passé dont l'historien essaie de recomposer le contenu.
"Histoire" avec un "H" majuscule, c'est tout ce qui nous renvoie au devenir spécifique dans laquelle s'inscrit l'humanité.


histoire.jpg
"histoire" avec un "h" minuscule :

Que ce soit en tant que discipline ou en tant que recherche de l'historien, l'histoire intéresse le philosophe, mais d'une façon totalement différente.

Si nous supposons que la raison intervient dans l'histoire, nous pouvons parler de l'histoire de façon rationnelle.

Mais cette façon de penser semblerait justifier tous les maux au nom d'une finalité unique de l'histoire.

Marx et Engels ont démontré que les conditions matérielles de la vie et les rapports sociaux déterminent la conscience des humains.

Les humains peuvent comprendre l'histoire en considérant la lutte des classes, un résultat visible en vigueur au sein d'une société.

"Histoire" avec un "H" majuscule :

shoah.jpg
- C'est un mot qui désigne les évènements qui se sont déroulés dans le passé, mais c'est aussi la description de ces évènements.

L'Histoire, envisagée comme discipline commence par  la compréhension des évènements et pas seulement une simple évocation.

Autrement dit, il s'agit de l'aspect temporel au cours duquel ces évènements historiques se déploient.

Selon Hegel, "c'est le philosophe qui permet de penser le sens de l'Histoire lorsqu'elle se place au coeur de celle-ci malgré l'apparent chaos des faits, le philosophe affirme qu'ils se succèdent et que l'esprit devient conscient de lui-même.

A travers les évènements et les grands hommes de l'Histoire c'est toujours la raison qui agit
.
"Histoire" et "histoire"

L'histoire en tant que processus culturel, politique et économique et le questionnement philosophique introduisent  doublement le problème du "sens" comme étant une direction logique. (la chaîne du temps)

Est-ce qu'en orientant l'histoire, on pourrait y découvrir une finalité ou des mécanismes cachés ?

L'histoire nous fait prendre connaissance de la mémoire, notre mémoire collective et lui donne une signification.

Le mythe est un produit de l'imagination tandis que le récit historique cherche à plaire à son auditoire ou à ses lecteurs en tentant de restituer des évènements qui se sont réellement passés.

homme1-copie-1.jpg
Selon Thucydide :
"Il ne convient pas que le récit historique cherche à plaire comme le récit épique, mais il convient qu'il soit simplement soucieux de la réalité"

Pour ce qui est de la science historique comme champ disciplinaire particulier, les problèmes philosophiques relèvent des préoccupations épistémologiques et critiques.

Comment un historien doit-il aborder son "objet d'étude" alors qu'il relève du passé ?
Repost 0
Published by *Viviane* - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 00:15

 
Socrate

 

et

 

l'ironie interrogeante.



800px-David_-_The_Death_of_Socrates.jpg 

(Tableau de David)


Lorsque Socrate a pris conscience du peu de portée de la nature de la science par les choses sérieuses  et importantes... il est devenu  devenu philosophe et pas prophète !



Un dialogue attribué à Socrate :

 
  ... Un ami s'approche de lui....


"Ecoute Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s'est conduit...
- Arrête ! " l'interrompt Socrate.

"As-tu passé ce que tu as à me dire par les trois tamis ?
-Les trois tamis ? " dit-il étonné.

"Oui, mon ami trois tamis! examinons si ce que tu as à me dire passe par les trois tamis.

Le premier celui de la vérité. As-tu contrôlé si tout ce que tu peux me raconter est vrai ?

- Non, je l'ai entendu raconter.


- Bien... assurément... faisons le passer à travers le deuxième tamis, celui de la bonté.

Est-ce que ce que tu veux me raconter, même si ce n'est pas tout à fait vrai ... au moins est-ce quelque chose de bon?"

Hésitant, l'autre répond :

"- Non ce n'est pas quelque chose de bon... au contraire...

 

- Hum !.....dit le sage, essayons de nous servir du troisième tamis... l'utilité ... et voyons si ce que tu veux me raconter est vraiment utile...

- Utile ? pas vraiment...

 

- Eh! bien! dit Socarate.... si ce que tu as envie de me dire n'est ni tout à fait vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir et quant à toi, je te conseille de l'oublier !"

 


 

 tamis.jpg


Une conversation intéressante !

 

L'interrogation peut se faire de deux manières, de façon spéculative, rapport d'individu à individu ou de façon ironique en interrogeant pour "détruire" l'apparent "solide" de l'autre en éveillant sa méfiance au regard des préjugés.


Socrate jetait les humains dans la perplexité, se servant  de l'ironie et surtout de l'aporie qui est le trouble symptomatique engendré par l'ironie.

 

L'ironie est une attitude profondément philosophique parce que "en philosophie" on commence toujours par "le doute" et par s'étonner.

 

 

Repost 0
Published by *Viviane* - dans DES PHILOSOPHES
commenter cet article
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 00:10

 

La gloire, c'est comme la gouache, ça prend très vite puis ça part à la première goutte de pluie.

Olivier weber

Repost 0
Published by *Viviane* - dans CITATIONS DIVERSES
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 00:15




De la théorie à l'expérience.
 
De l'expérience à la déduction.

 

La démarche théorique cherche d'abord à établir des principes à partir desquels on peut déduire une explication d'ensemble de phénomènes.
 
La théorie se distingue de l'expérience qui ne connaît que des faits qu'elle constate et non la cause des faits.


lebrun_courants_html_5a941a2d.png
 
Il existe les faits, mais il existe aussi les causes.

La connaissance théorique ne peut se confronter à l'expérience que par l'expérimentation, une construction qui permet de se poser une question précise en rapport avec la nature et de vérifier une hypothèse qui servira de prémisses à d'autres raisonnements.

On ne pose ainsi à la nature que les questions auxquelles on veut qu'elle réponde.

Il y a réellement un rapport entre la connaissance théorique et l'expérience !


Dans les sciences expérimentales, les chercheurs généralisent à partir de leurs observations sur un nombre de phénomènes.

Ils procèdent par une induction qui repose sur une croyance en conformité avec le futur par rapport au passé.
 

Dans les sciences hypothético-déductrices, comme la logique et les mathématiques, les chercheurs procèdent au contraire par déduction et vont du général vers le particulier et des hypothèses vers les conséquences.

Déduction et induction, c'est imparable !


thexp.jpg

En son temps Galilée a montré qu'il y a dans la théorie un élément mathématique qui témoigne d'une nécessité et d'une universalité qui n'ont pas forcément besoin d'expériences.
 
Or, le fait même que "la nature" puisse être interrogée par un moyen mathématique, sans être soumise à l'expérimentation relève d'un  "a priori" de l'expérimentation !
 

Doit-on toujours soumettre la théorie au contrôle expérimental ?
 

La vérité des hypothèses n'est pas un problème scientifique, ce qui importe c'est la capacité à rendre compte d'un nombre maximum de phénomènes.


Il faut admettre les hypothèses puis, la réalité et la vérité.


Pierre Duhem a démontré que les théories physiques n'expliquaient pas la réalité des choses, mais qu'elle donnaient une explication cohérente de la façon dont les phénomènes se produisaient.


Comment faut-il appréhender l'étude des phénomènes ?


Le rôle des hypothèses est-il primordial ?


boum.jpg
(Cette "théorie, cette "expérience" vous "parlent"-elles?)


 
"Rien n'est donné, tout est construit." (Gaston Bachelard)
Repost 0
Published by *Viviane* - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 00:15




A la découverte de la Terre.
 


Les premiers pas de l'Astronomie furent laborieux et les découvertes très intéressantes !

En 585 avant J.C, Thalès de Milet avait prévu une éclipse et il avait proposé un système cosmogonique (science de la formation des objets)

Ce fut d'abord Parménide qui a prétendu que la Terre était une sphère et plus tard Pythagore, Platon puis Aristote.

Ces points de vue ont eu une grande importance dans l'histoire de l'Astronomie.

Malgré des oppositions de toutes sortes, certains savants  ont prétendu que la rotation diurne n'était qu'une illusion et que la Terre tournait sur elle-même.

Ces idées ont été abandonnées (par force) elles ont été jugées incroyables, mais la théorie prônant que la Terre était au centre de l'Univers s'est maintenue encore durant plusieurs siècles.

Ces idées avancées émanaient de principes philosophiques non justifiés et elles ne reposaient sur aucune base solides.

Un certain postulat voulait que les planètes "bougent" avec un mouvement circulaire parce que le cercle était la seule figure géométrique parfaite.

Comme sept planètes avaient été découvertes, il était inutile d'en chercher une huitième parce que le nombre sept était considéré comme un nombre parfait.

Malgré ces erreurs de perception, de principe et de jugement, la théorie géocentrique s'enrichissait des observations faites par d'autres astronomes en Grèce comme Hipparque (mort en 125 avant J.C)

Ptolémée a eu l'idée de regrouper toutes ces observations dans un ouvrage avec pour titre : "Mathématiké Sybtaris", c'est un condensé que les arabes ont traduit plus tard sous le nom de : "Almageste".

Ces données regtoupées ont été une sorte de Bible pour l'Astronomie du Moyen Age.

Aristote avait eu des arguments tellement percutants qu'il a fallu beaucoup de temps pour s'en libérer et accepter "autre chose".

Le danois Tycho Brahé (1546/1608) a été le premier a tout soumettre à l'observation avec des instruments qu'il avait fabriqué lui-même.
Il a réussi le tour de force de faire de remarquables analyses bien des années avant l'invention du télescope.
Tycho Brahé a tout même fait une énorme erreur en ne tenant pas compte de la théorie de Copernic qui plaçait le Soleil au coeur du Système.


Cet astronome s'était inventé sa propre théorie selon laquelle les planètes tournaient autour du Soleil et ce Soleil gravitait autour de la terre avec tout "un cortège" de planètes, d'astres et d'objets célestes...

Repost 0
Published by *Viviane* - dans LA PLANETE TERRE
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 00:10

Quand tu flottes dans une bulle, la bulle finit toujours par éclater.

Et plus la bulle t'a emmené haut, plus la chute est douloureuse.

Malorie Blackman



Repost 0
Published by *Viviane* - dans CITATIONS DIVERSES
commenter cet article
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 00:15

 

Epistémologie.
 

L'épistémologie est l'étude des sciences.

allegorie-science.jpg
(Allégorie de la science)

Quand notre pensée se pose des questions sur les phénomènes pour en décrypter les lois et qu'elle les passe au crible de toutes les expérimentations possibles, alors notre pensée est scientifique.

La mathématique de la physique au XVIIème siècle a contribué à confirmer la théorie de Galilée selon laquelle "la nature parle la langue mathématique" c'est à dire que la mathématique est l'instrument par excellence pour progresser dans l'intelligence du réel.

Quand notre pensée s'interroge sur la manière  dont elle devient une science, elle s'ouvre à l'épistémologie.

Les caractères assurés du raisonnement mathématique ainsi que son indépendance par rapport aux sensations ont amené Platon à ranger l'arithmétique et la géométrie au nombre des disciplines formatrices nécessaires à l'éducation en philosophie du futur dirigeant de la Cité.

La rigueur du raisonnement mathématique a constitué pour Descartes un modèle à imiter dans toutes les sciences.

L'épistémologie s'intéresse à l'évolution historique de la science comme lorsque les données scientifiques sont passées du géocentrisme (la Terre au centre de l'Univers) à l'héliocentrisme (le Soleil au centre su système solaire).

L'épistémologie passe du modèle explicatif à un autre ou encore à l'examen critique d'une valeur.

Il est possible de déterminer des limites (ou présupposées limites) d'une "position" scientifique en considérant que les propositions logiques sont aussi arithmétiques.

Hobbes a identifié la logique et les mathématiques :"Affirmer que "S" est "P", c'est ajouter "P" à "S" ou encore dire que "S" n'est pas "P" c'est soustraire "p" de "S" '( ??? pas tout compris??? c'est Hobbes !)


une-nouvelle-theorie-de-la-connaissance.jpg
(Elaborer de nouvelles théories....)

 
S'interroger sur les conditions même de notre existence revient à opposer l'empirisme au rationalisme (?)

La logique dont l'invention est traditionnellement attribuée à Aristote et repose sur l'idée qu'on peut formaliser un raisonnement déductif au moyen de symboles conventionnels. (par exemple : remplacer les termes des propositions d'une déduction par des lettres).

La logique ne se base pas en premier sur la valeur de vérité des propositions, mais sur la validité des enchaînements entre chaque proposition au sein d'un même raisonnement.

La logique est un outil qui garantit la cohérence d'un raisonnement.
Repost 0
Published by *Viviane* - dans PHILOSOPHIE
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 00:15


    A Toulouse.


 La capitale Occitane - (4)




   Simon de Montfort  décide de mettre fin à cette "guerre" qui dure depuis plus d'un an et il déclenche alors une très importante offensive.
 


(Chat ou Chatte)


      L'énorme "chat" (ou "chatte") construit pour cette occasion a été atteint à maintes reprises par les boulets des Occitans.



(Vestiges du Château Narbonnais )

      Un combat absolument dantesque s'est déroulé sur le pré Montaulieu où les victoires et les défaites revenaient tantôt à l'un des camps ou à l'autre et chacun reculait ou avançait en fonction de son avantage ou de son désavantage.

     Qui allait finalement être vainqueur ?



     Simon de Montfort priait en ces termes : "Jésus-Christ, accordez-moi aujourd'hui de mourir sur le terrain ou d'être vainqueur."
 


      Et ...

      Il s'est élancé dans la mêlée, dans le combat...
 
400px-Larressingle_Gers_18_Pierriere.jpg
  (Une "pierrière" - Elle pouvait lancer un projectile d'1 kg à 140 km/h)


      On raconte que c'est en portant secours à son frère Guy qu'il a été atteint à la tête par une pierre lancée par un mangonneau (une pierrière) manoeuvré par des femmes (25/06/1218)
 

(
Portrait de Simon de Montfort - Couverture du livre de M. Roquebert)


       Cette mort a paralysé toute l'armée des Croisés !

      Simon de Montfort a été, provisoirement inhumé dans la cathédrale de Carcassonne.


(Plus tard, un artiste a fait une représentation de la mort de S. de Montfort)

     
Environ un mois plus tard, sous les ordres d'Amaury de Montfort, l'armée des Croisés brûlait totalement la ville de "Toulouse Nouvelle" pour la faire disparaître et repartait.
 

      Un an plus tard, pas plus, Toulouse a de nouveau été assiégée par le Prince Louis (futur Loui VIII).
Il n'a jamais pu s'accaparer cette belle ville.

      Dix ans après, la troisième Croisade, sous les ordres d'Humbert de Beaujeu, a ravagé l'Occitanie et ce sera le Traité de Meaux qui va mettre fin au conflit.


      La guerre pour briser les corps !
     L'Inquisition pour "briser" les esprits !
       En y ajoutant les tromperies et les infâmies...



Ecoutez plutôt !
 

En 1234 ...

l'horreur difficilement imaginable...
 
***L'évêque de Toulouse s'est rendu au chevet d'une femme âgée et mourante.
Il s'est fait passer pour un Parfait.
Elle lui a fait confiance.
Elle a été déclarée hérétique et portée dans son lit jusque sur le bûcher où elle a été brûlée vive !


En 1310 ...
 
Un des derniers Parfaits, a été brûlé devant la Cathédrale.

Et pourtant


Entre 1308 et 1321 ...
 
Vingt-quatre Parfaits sont morts sur le bûcher.

Repost 0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 00:10

 

Quand on vient au monde, on est tous de la même couleur : violette.

Yvon Deschamps

Repost 0
Published by *Viviane* - dans CITATIONS DIVERSES
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 00:15



La volonté.


Le mot volonté désigne la disposition d'une personne à agir selon des déterminations personnelles et conscientes, soumises à des fins intentionnelles impliquant une délibération.


 

 courage.jpg
 

Est-il possible de reconnaître ou de distinguer l'acte volontaire ?
 

Si l'on en croit Epictète :
"Nous agissons volontairement sur les actions qui dépendent de nous, mais nous ne pouvons pas agir sur ce qui n'est pas en notre pouvoir" (par exemple:le destin)
 

Le contraire le plus évident est le réflexe qui est immédiat et qui se produit en quelque sorte "sans nous" ou "malgré nous" (par exemple : rougir ou cligner des paupières)
 

Notre volonté pourrait-elle être un désir accompagné de raison ?
 

L'acte volontaire est fait pour être réalisé, mais il faut aussi avoir le "désir" de le réaliser.

 
Un acte qui n'est pas volontaire lorsqu'il est exécuté sous la contrainte ne trouve aucun écho favorable chez celui qui est forcé de l'accomplir.
 

Aristote a dit que "pour agir volontairement" il faut tenir compte des circonstances de la situation particulière dans laquelle il va falloir agir.

 
Par exemple : un médecin pourrait "tuer" volontairement son patient s'il connaît mal les caractéristiques de la maladie qu'il doit soigner.... (c'est lui qui le dit !)
 

Un acte volontaire suppose une certaine liberté puisqu'il y a la possibilité de choix parmi les différentes options offertes.



La volonté ne serait-elle qu'une délibération suivie d'un choix ?


La connaissance des circonstances de l'action subordonne la volonté à la raison, surtout dans le cadre du choix puisque l'entendement y compare plusieurs possibilités avant d'en choisir une.


Toujours selon Aristote "le choix préférentiel" inclut la conception de la finalité vers laquelle nous considérons qu'un crime commis par un dément se distingue de celui d'une personne jouissant de toute sa responsabilité.

Dans le premier cas la volonté est abolie par la maladie mentale alors que dans l'autre elle se trouve  tout au plus amoindrie par le poids des circonstances.


Est-ce que la volonté est une condition de la moralité ?


Philosophiquement, la volonté constitue un problème dès lors qu'il s'agit d'en faire une sorte de pouvoir substantiel et tout à fait  transparent.


Spinoza fait une distinction entre les "volitions"* et la "volonté" en tant que facultés, il s'est efforcé de montrer qu'il faut subordonner la seconde aux premières.

  . Autrement dit, il n'existe pas, selon lui, de source volontaire indépendante des finalités que nous poursuivons.

La volonté n'est donc qu'un mot vide de sens et ce que nous choisissons reste toujours déterminé par une cause qui ne relève pas d'un vouloir.

L'autonomie de la volonté par rapport à des motifs sensibles apparaît comme le fondement nécessaire de toute moralité.

 Une personne qui ferait une bonne action par intérêt, sous la contrainte ou par crainte d'un châtiment ne peut pas considérer cette action comme une véritable bonne action.


Kant dit que rien ne peut être tenu pour valable sans aucune restriction si ce n'est pas une bonne volonté, celle qui est inspirée uniquement par le devoir.


Pour ce qui est de l'expression "volonté générale", celle qu'on peut rencontrer en philosophie politique chez Rousseau en particulier, elle qualifie  le souci du bien commun dont le contrat social permet la protection de la réalisation.


Peut-on logiquement penser que la volonté soit la seule chose qui soit absolument bonne ?


*volition : mot venant du latin "volo"= "je le veux".
Terme employé en philosophie pour parler d'un acte par lequel la volonté se détermine à quelque chose comme par exemple les volontés particulières, vouloir être célèbre, avoir envie d'arrêter de fumer ou tout simplemenrt la volonté elle-même.

volonte1.jpg
(un bel exemple de volition!!!)



                                                                                       
Repost 0
Published by *Viviane* - dans QUALITES ou DEFAUTS
commenter cet article

-Les Miroirs Du Temps-

  • : Le Miroir du Temps.
  • Le Miroir du Temps.
  • : Histoire de France - Moyen Age - Technologies et sciences - Réflexions philosophiques et autres - Des évènements de la vie actuelle que j'aime, que je n'aime pas qui me font sourire, rire ou me choquent - Et .... quelques souvenirs...
  • Contact

-Viviane-

  • *Viviane*
  • Tenir un blog me permet de découvrir une autre facette de l'amitié!
 Passionnée d'Histoire, curieuse des "pensées" philosophiques et scientifique de formation, j'aime aussi tenir compte de l'actualité.
  • Tenir un blog me permet de découvrir une autre facette de l'amitié! Passionnée d'Histoire, curieuse des "pensées" philosophiques et scientifique de formation, j'aime aussi tenir compte de l'actualité.

ET DEMAIN... ET DEMAIN...

      

- Mardi - Jeudi - Samedi - Dimanche -

      

-Rechercher-

DEMAIN...PEUT-ETRE...

Même "cadre" qu'en haut de cette page... sans aucun doute plus accessible à cet endroit!

 

      

D'autres thèmes divers :

- mardi - jeudi - samedi - dimanche -

      

-Vous Cherchez ???

-SOLIDARITÉ-AMITIÉ-


  
La bougie de l'amitié pour ceux qui souffrent.

MAINS-BOUGIE.jpg


Pour ces petits anges qui n'ont rien demandé .

Cet homme marche, marche, marche...
Il marche pour nos petits anges atteints de la mucoviscidose, pour relier ceux qui souffrent et ceux qui cherchent à les aider.
 Un jour l'amitié demande à l'amour :
"A quoi peux-tu bien servir?"
L'amitié lui répond :
"Je sers à sécher les larmes que tu fais couler!"

Que ce marcheur ne s'arrête jamais...
Jamais... Tant qu'il n'y aura pas une solution.


L'amitié

L'amitié, vue de loin ressemble à un diamant mais, quand on l'approche, c'est une illumination de larmes de joie qui brille dans les yeux de l'autre.

 

-Dernières Publications-

  • L'ORTIE.
    Notre amie l'ortie. On dit que c'est une "mauvaise herbe !" Et pourtant.... Elle contient de la vitamine A, de la vitamine C (7 fois plus que l'orange) et quelques vitamines du groupe B, du fer, du manganèse, de la silice et de la chlorophylle. Grâce...
  • FOIX ET PAMIERS. (09) (2)
    Au Moyen Age : Foix et Pamiers. Rivales?... ou... Complémentaires?.. L'évêque avait décidé de construire l'évêché à Pamiers , jugeant cette ville plus accessible en venant de Toulouse, mais il voulait surtout montrer au Comte de Foix qu'il comptait bien...
  • CITATION DU JOUR.
    Il faut de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre. Paul Eluard.
  • UNE POMME D'EXCEPTION....
    Serait-ce la pomme d'Eve ? Une pomme "extraordinaire" vient d'être retrouvée au Kazakhstan ! Elle résisterait à toutes les maladies et n'aurait pas à subir le 30 (et quelques...) pesticides utilisés pour nos pommes ! Dans la région d'Almaty dans le sud-ouest...
  • UN MONDE NUMÉRIQUE ...
    Les nombres sont-ils magiques ? Nous vivons dans un monde numérique... Au fil des jours, en lisant vos messages et en parcourant vos espaces du web, j'ai très souvent constaté que beaucoup trop se disent fâchés avec les nombres ou avec le calcul ! Ce...
  • CITATION DU JOUR.
    Celui qui connaît l'art de vivre avec soi-même ignore l'ennui. Erasme
  • L'HUILE DE CACTUS.
    L'huile de cactus. La plus connue est l'huile de figue de Barbarie. Basée dans le désert marocain, la culture du figuier de Barbarie est 100% bio, ce cactus n'ayant besoin que de soleil pour pousser. Au Maroc, les femmes l'utilisent depuis des décennies...
  • LA MONNAIE DE SINGE.
    La monnaie de singe. (Trouvé sur Internet - Un titre ou un bannière.?..) "Payer en monnaie de singe" signifie "ne pas rembourser ce que l'on doit ou payer avec de la fausse monnaie" C'est une expression qui date du Moyen Age. Dans la ville de Paris, pour...
  • CITATION DU JOUR.
    L'imagination a été donnée à l'homme pour compenser ce qu'il n'est pas. L'humour pour le consoler de ce qu'il est. Bernard Werber.
  • UN MYSTERE TOMBE du CIEL.
    La météorite de Tcheliabinsk. Le 15 février dernier un bolide a traversé le ciel de l'Oural, une météorite aussitôt répertoriée par l'Union Astronomique Iternationale. Un éclair brillant, une onde de choc et une traînée blanche et double comme pour des...

-AMBIANCE-