Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 00:15

    La météorite

 

de

 

Tcheliabinsk. 

 

 Le 15 février dernier un bolide a traversé le ciel de l'Oural, une météorite aussitôt répertoriée par l'Union Astronomique Iternationale.

 

 

METEORITE-DU-15-2-13.jpg 

Un éclair brillant, une onde de choc et une traînée blanche et double comme pour des avions ou des fusées. 

Une caractéristique sans aucun doute atypique pour ce phénomène.

 

C'est justement ce sillage blanc et double photographié par des appareils photos et des caméras, qui pose des problèmes... et du coup... tout le monde se tait ! ou peut-être que "tout le monde" ne sait rien.

 

 

Des hypothèses sont émises :

    On sait qu'un bombardier transportant une fusée hypersonique a décollé très tôt le 15 février, à plus de 200 km/h il a lancé la fusée à au moins 15 à 20 km de hauteur.

Que s'est-il passé ?

Pas le bon endroit ?

Une erreur ?

 

Il est vrai que l'angle d'entrée dans l'atmosphère est celui de l'entrée pour le déplacement des objets en orbite, comme les satellites qui ont fait leur temps...

 

Cette trace double... n'est pas la seule donnée dérangeante... la vitesse de précipitation est bien plus rapide pour les météorites, cette vitesse était à peine la moitié de la vitesse du son... impossible pour une météorite  avec une immense inertie.

 

Les deux traces, les nuages de feux aveuglants, les débris en combustion... de "caractéristiques" pouvante être reliées à une météorite !  

 

 Les hélicoptères, les motoneiges et les skis qui ont rejoint le point de chute ausstôt...  tout laisse penser que...

 

Le lendemain, il a été annoncé qu'il n'y avait pas de débris... rien sur les lieux de la chute et que les recherches avaient été abandonnées !

 

 

Ce qui peut signifier  "circulez ! il n'y a rien à voir !"

 

Ils ont sans doute trouvé ce qu'ils cherchaient...

 

Mais...

 

Ont-ils vraiment trouvé une météorite ? 

 

   Trouvé la météorite "annoncée" et déjà répertoriée ?

Repost 0
3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 00:15

Le 6 juin Vénus passera devant le Soleil. 


Un phénomène unique pour "l'Etoile du berger".


"Presque" tout le  monde entier pourra observer le passage de Vénus devant le Soleil, un alignement exceptionnel qui ne se reproduira que dans 105 ans.


VENUS-SOLEIL.jpg


Entre le 5 et le 6 juin, Vénus et Soleil seront alignés et la prochaine conjonction aura lieu en décembre 2117.


Passage prévu en France entre 0 h 10 et et 6 h 50, observable dans la dernière "partie" du transit, les territoires situés dans l'océan Pacifique seront aux premières loges.


Ne pas oublier de protéger les yeux comme à chaque fois qu'on observe le Soleil.


L'auréole qui entourera Vénus du début à la fin du passage sera particulièrement étudiée par plusieurs centres.


L'observatoire de Paris et celui de la Côte d'Azur vont étudier la partie de l'atmosphère vénusienne qui s'étend au-dessus des nuages (à 70 km et avec 465°)


Les astronomes français ont mis en place 9 points différents, dans le Pacifique, l'Asie et l'Amérique, les onservations se feront à l'aide de "cythérographes"* spécialement mis au point pour cette occasion.


Chaque instrument fonctionnera à un intervalle spectral différent.


Les télescopes existants seront aussi utilisés de même que la sonde européenne "Vénus express", le télescope spatial "Hubble" et même différents satellites.


C'est un phénomène rare ne se produit que par "paires" séparées de 8 ans et à plus d'un siècle d'intervalle, pour notre siècle le premier passage a eu lieu en 2004 et le deuxième cette année et le prochain... dans plus d'un siècle !


Lors du passage en 2004, des centaines de lycéens et d'astronomes amateurs avaient refait les calculs des mesures "trouvés" par leurs illustres prédécesseurs ( le britannique : J.Cook, le français : Cassini) et grâce aux progrès techniques et à l'utilisation du GPS, les mesures obtenues ont été encore plus précises.


L'étude de l'atmosphère vénusienne pourra offrir un point de comparaison avec celle des exoplanètes potentiellement habitables.


C'est un évènement beaucoup moins spectaculaire qu'une éclipse, mais ce transit de Vénus est beaucoup plus riche en informations pour les scientifiques.

 

 

*Cytérographes : 9 lunettes astronomiques au fonctionnement autonomes, d'un diamètre de 9 cm de diamètre. Fabriquées et assemblées à l'observatoire de la Côte d'Azur


VENUS-SOLEIL1.jpg

VENUS-SOLEIL-INDE.jpg
(Vue depuis l'Inde)

Repost 0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 00:15



Le monde perdu des astéroïdes.

 

(Pour bien situer les astéroïdes, mais il y en a partout - Photo Internet)

 

Entre Mars et Jupiter gravitent de petites planètes appelées astéroïdes.

C'est William Herschell  qui a choisi ce mot :
"astéroïde" vient du grec "asteroeides" = "comme une étoile".

Les astéroïdes
présentent un intérêt réel pour pouvoir trouver des réponses sur notre système planétaire parce qu'ils ne subissent (pratiquement) pas d'érosion.
 

(Dans la ceinture des astéroïdes - Photo  Internet)

Leurs périodes de rotation et de révolution sont similaires à celles des planètes, ce qui pourrait laisser supposer que tous ces objets célestes sont issus d'un même processus de condensation interplanétaire. 

(Les astéroïdes ont une orbite semblable à celle des planètes - Photo Internet)

Les plus connus sont : CérèsJunon, Pallas et Vesta.


C'est Guiseppe Piazzi qui a découvert Cérès, un objet céleste qu'il avait répertorié comme comète avant de se rendre compte que c'était sans aucun doute une petite planète.
Il a baptisé cet objet céleste Cérès en l'honneur du Dieu Sicilien de l'agriculture.
 

Il existe des astéroïdes très curieux, comme Hidalgo, excentrique avec une orbite très inclinée ou encore Icare avec à peine 1,5 km de diamètre, découvert par l'astronome Baade.


 Icare s'approche si près du Soleil qu'au cours de sa révolution qu'il traverse l'orbite de Mercure et à son aphélie (distance maximale du Soleil) il va au-delà de l'orbite de Mars.


(Observation récente d'astéroïdes - Internet)

Il y aurait plus de 390 000 astéroïdes répertoriés dans notre système solaire ...

Il n'y a pas si longtemps, on en connaissait beaucoup moins et les astronomes les avaient surnommés "les vermines du ciel"!
 



Repost 0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 00:15
(Texte lu... je ne sais plus où... s'il faut que je le supprime, il suffit de me le demander.Merci)

Les trous noirs auraient grandi en tandem avec leurs galaxies depuis l'aube des temps.

440px-BH_LMC.png
 Des signaux de trous noirs géants engloutissant du gaz dans l'enfance de l'univers montreraient que ces gloutons du cosmos auraient grandi en tandem, selon une étude publiée il y a quelques semaines.

 
"Il y a une relation symbiotique entre les trous noirs et leurs galaxies depuis l'aube des temps"

affirme Kevin Schawinski (Université de Yale, Etats-Unis)
qui a contribué à ces travaux portant sur les trous noirs massifs occupant le coeur des galaxies.

Dans de lointains quasars, lumineux noyaux actifs de galaxies, des astronomes avaient déjà découvert des trous noirs de plus d'un milliard de masses solaires qui auraient existé moins d'un milliard d'années après le Big Bang.


Les auteurs de la nouvelle étude paraissant dans la revue scientifique britannique Nature ont voulu étudier un échantillon plus large de trous noirs supposés se trouver au centre de quelque 200 galaxies très lointaines détectées par le télescope spatial Hubble.


Ces galaxies auraient existé 700 à 950 millions d'années après le Big Bang.

Leur lumière aurait donc voyagé pendant près de 13 milliards d'années dans le cosmos avant d'être captée par Hubble.


Comment détecter des trous noirs à de telles distances dans le temps et l'espace ?

Les gaz et les poussières tourbillonnant à grande vitesse avant d'être engloutis par les trous noirs  de l'espace émettent des rayons X.


Grâce à Chandra, un télescope à rayons X de la Nasa, Kevin Schwawinski, Ezequiel Treister (Université d'Hawaï) et leurs collègues ont réussi à détecter l'infime rayonnement (quelques photons X de haute énergie par galaxie) ayant franchi ces distances.


Après avoir additionné et amplifié ces rayonnements des trous noirs des quelques 200 galaxies étudiées, l'équipe de M. Treister estime que "les trous noirs ont grandi en tandem avec leurs galaxies hôtes durant toute l'histoire du cosmos".


Ils en concluent aussi que ces trous noirs, masqués par de grandes quantités de gaz et de poussières absorbant la majeure partie des radiations, sauf les rayons X, "ont grandi significativement plus vite" durant ces premiers temps qu'on le pensait jusque là.


Des questions-clés restent en suspens :

- comment ont été engendrés les précurseurs de ces trous noirs supermassifs

- quel mécanisme a permis la coévolution entre trous noirs et galaxies hôtes, relève dans un commentaire l'astronome Alexey Vikhlinin
(Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, Cambridge, Etats-Unis).

4092835upnre.jpg
Repost 0
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 00:15

      Article lu dans " France-soir" (pas noté l'auteur)

 

 

 

 

Quelques nous nouvelles "chipées" à la

 

 

NASA


Le secret d'une supernova d'une centaine d'années.


Selon la Nasa, des astrophysiciens ont enfin fait toute la lumière sur l'apparition mystérieuse d'une étoile très brillante observée il y a près de deux mille ans par des astronomes chinois.


Une supernova
Une supernova SIPA/NASA/CXC/Rutgers/K.Erik/REX


Des astrophysiciens ont enfin fait toute la lumière sur l'apparition mystérieuse d'une étoile observée il y a près de deux mille ans par des astronomes chinois.

En effet, 185 ans après Jesus Christ, ces astronomes avaient remarqué cette étoile apparue mystérieusement dans le ciel où elle est restée visible pendant environ huit mois.

Dans les années 1960, les scientifiques avaient déterminé que cet objet céleste étrange était en fait la première supernova ayant été décrite dans les annales de l'astronomie.

Un espace plus grand que la lune.


Puis, ils ont baptisé cet objet RCW 86 comme étant les restes d'une étoile qui a explosé en une supernova spectaculaire.

Ces restes se situent à environ 8.000 années-lumière de la Terre.

Mais, les hommes de science ne parvenaient pas à expliquer que ces restes de forme sphérique soient plus grands qu'attendu normalement et occupent dans le ciel un espace plus grand que la Lune.

Grâce à de nouvelles observations aux infrarouges et grâce à des données collectées auparavant par deux télescopes orbitaux américain et européen, la Nasa est parvenue à lever le mystère.

Une "naine blanche"


Les résultats révèlent que RCW 86 était une supernova de type "Ia".(rapporte TV5monde)

Issue de la mort d'une étoile comme le Soleil, elle a ensuite rétréci pour former un objet céleste de forte densité : une « naine blanche ».

Cette naine blanche a ensuite explosé en une supernova après avoir siphonné une autre étoile se trouvant à proximité.

Brian Williams, un astronome à l'Université de Caroline du Nord, principal auteur de cette étude parue dans la revue américaine Astrophysical Journal, explique :
« Une naine blanche est comme de la braise restant d'un feu éteint, si on jette de l'essence dessus, ça explose ».

Qu'est-ce qu'une supernova?


Une supernova est l'ensemble des phénomènes conséquents à l'explosion d'une étoile, qui s'accompagne d'une augmentation de sa luminosité.


Vue depuis la Terre, une supernova apparaît donc souvent comme une étoile nouvelle ,  alors qu'elle correspond en réalité à la disparition d'une étoile.


Les supernovas sont des évènements rares à l'échelle humaine puisque leur taux est estimé à environ une à trois par siècle dans notre voie lactée.


 

Article lu dans France Soir
Repost 0
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 00:15

  

Les orages.


Pour qu'il y ait un orage, il faut que l'atmosphère soit instable et que pour une raison quelconque l'air soit obligé de commencer une ascension.


Le réchauffement du sol à la fin du printemps et en été donne des "orages locaux" appelés ainsi parce qu'ils apparaissent sur des surfaces plus ou moins réduites, on les nomme aussi "orage de chaleur" parce qu'ils se forment sous l'effet d'une ascension locale d'air chaud et humide.

Ils se produisent souvent durant l'après-midi et les soirs d'été, au moment où la température du sol est la plus élevée.



Si une impulsion d'air chaud s'approche d'un front froid on a des "orages en ligne", ils apparaissent le long d'une ligne ou immédiatement derrière.



Dès le début de la formation du nuage, l'air ascendant augmente sa vitesse d'ascension parce que la condensation de la vapeur libère la chaleur latente et à son tour, celle-ci réchauffe l'air, le rendant ainsi plus léger.
Le nuage enfle rapidement et monte jusqu'à 6 ou 7 km de hauteur.

La partie supérieure est formée de cristaux de glace, c'est le "cumulo-nimbus" dans lequel il y a de très forts courants ascendants.


L'orage se trouve alors dans sa 1ère phase dite "phase de cumulo-nimbus".


Ensuite les cristaux de glace tombent le long des bords du nuage et ce sont les "cirrus" qui arrivent, c'est la formation des "cumulo-nimbus-capillatus" qui indique que l'orage est dans sa 2ème phase dite "phase de maturité".
 
Les gouttes sont entraînées vers le haut, se congèlent et tombent en ajoutant une nouvelle couche de liquide, puis elles remontent et se recongèlent, plusieurs fois jusqu'à ce qu'elles soient assez lourdes pour tomber sur le sol sous forme de grêlons, sur lesquels on peut facilement constater plusieurs couches concentriques de glace .



Lors de la 3ème phase dite "phase de dissipation",les fibres des cirrus se soudent au sommet prenant la forme approximative d'une enclume, c'est le "cumulo-nimbus à enclume" qui est à 10 km d'altitude environ.





Dans les nuages orageux, les goutelettes sont frottées énergiquement par d'intenses courants verticaux qui les électrisent en séparant leurs charges électriques.

Les charges négatives ont tendance à monter et les charges positives ont tendance à descendre.
 
Ces charges positives ne se trouvent plus à leur place et cette position anormale distorsionne le champ électrique normal de l'atmosphère donnant naissance à de "l'instabilité électrostatique".
 
 Rien ne va durer, chaque élément va chercher à reprendre "sa" place.


C'est la foudre qui va tout ramener dans l'ordre, elle va faire entendre ses détonations produites par la brutale dilatation des gaz le long de l'éclair  et en quelques millièmes de seconde les gaz qui entourent le traceur (ou précurseur)  atteignent des dizaines de milliers de degrés.

L'étincelle arrive juste au moment où la différence de potentiel (tension) entre 2 points atteint  30 000 volts par cm.



Ce phénomène peut se produire aussi bien entre 2 points d'un nuage qu'entre 2 nuages ou que d'un nuage à la terre (nuage-sol) , par contre bien plus rarement de la terre au nuage !

Il existe 2 sortes de "nuage-sol" :

-descendant (vers le sol) c'est le plus fréquent, il peut dévier vers un nuage-sol ascendant par un temps très violent ou lors d'un orage particulièrement fort.

-ascendant ( du sol vers le nuage) à l'avant du nuage lors des coups de foudre sur des structures en hauteur.


Au cours d'un orage, il peut y avoir des trombes d'eau, des tornades, de la pluie, de la grêle et bien entendu des éclairs et la foudre.


Repost 0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 00:15

 


L'atmosphère.


Tout au début l'atmosphère était mesurée en plaine et quelquefois du sommet d'une montagne, sans penser qu'il pouvait y avoir une différence entre les deux.




Au XVIIème siècle, Florin Périer a constaté que la pression atmosphérique diminuait avec l'altitude, prouvant de cette façon la "pesanteur" de l'air.


Au XIXème siècle, l'utilisation d'un ballon, puis d'un ballon-sonde ont permis de faire de gros progrès.

Ensuite, les engins spatiaux ont pris le relais et ils vont au-delà de l'atmosphère.


L'atmosphère a longtemps été le cauchemar des photographes spécialisés, elle est semi-transparente et elle brouillait les plaques photographiques.
C'est pour cette raison que les observatoires terrestres en hauteur ont eu un franc succès jusqu'à l'arrivée des télescopes placés sur orbite.






La limite entre l'atmosphère terrestre et l'atmosphère solaire est théorique .

Elle est définie comme la distance supposée où les molécules de gaz atmosphérique cessent de subir l'attraction terrestre, ce qui peut se vérifier à environ 60 000km au-dessus de l'équateur et de 30 000km au-dessus des pôles.
 
Ces mesures ne sont qu'indicatives parce que l'épaisseur de l'atmophère varie, elle subit l'influence de la rotation Terre/Lune et des interférences gravitationnelles de la Lune et du Soleil.





Les gaz de l'atmosphère sont continuellement brassés.
 
Elle n'est pas homogène.
 
Au niveau de la mer on trouve les gaz majeurs 78,1% d'azote, 20,9% d'oxygène et 0,9% d'argon.
Les gaz mineurs varient avec l'altitude, la vapeur d'eau, le dioxyde de carbone, le dioxyde de sulfure et l'ozone.


On trouve 5 couches dans notre atmosphère (de bas en haut)
 
1) la troposphère , de 8 à 15 km, il s'y produit les phénomènes météorologiques et les mouvements atmosphériques.
 
2) la stratosphère, 50 km environ, elle abrite une grande partie de la couche d'ozone
 
3) la métosphère, environ 80 km et une température de -80°
 
4) la mésosphère , environ 800 km
      
5) l'exosphère jusqu'à 50 000km


L'atmosphère terrestre peut modifier la lumière qui la traverse de différentes manières.
 
Il y a le problème de turbulence, les mouvements tourbillonnaires qui dévient les rayons qui la traversent.
 
Le problème de l'absorption, les ondes lumineuses sont récupérées par les gaz de l'atmosphère, elles ont souvent bien du mal à atteindre la Terre.





Bref ! c'est comme si on vivait à l'intérieur d'un puits !


La science a fait des progrès rapides
 
 L'atmosphère terrestre a une composition qui la rend relativement transparente aux rayonnements électromagnétiques dans le domaine du spectre visible,  mais relativement opaque aux rayonnements infra-rouge émis par le sol (ce qui est à l'origine de l'effet de serre)


On peut analyser les différents phénomènes optiques causés par l'indice de réfraction du milieu de propagation des ondes électromagnétiques comme l'arc-en-ciel et le mirage.

La couleur du ciel diurne
est due à l'absorption du rayonnement solaire en fonction de la longueur d'onde.

 On observe des couleurs inhabituelles comme les aurores boréales ou australes qui sont le résultat de l'interaction entre les particules du vent solaire et la haute atmosphère.





La masse atmosphérique est près de la surface de la Terre, en altitude elle diminue.

Pour mesurer on se sert d'un baromètre et d'un altimètre.


L'atmosphère est responsable de l'effet de serre, sans elle la température serait de -18° sur terre, alors qu'elle est de 15° en réalité.


Repost 0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 00:15

L'écho du Big Bang


dévoilé dans sa totalité ..


Au centre, la Voie Lactée, notre Galaxie, très lumineuse. En haut et en bas, en rouge et jaune, le rayonnement fossile dans lequel nous baignons depuis le Big Bang.


Au centre, la Voie Lactée, notre Galaxie, très lumineuse.

En haut et en bas, en rouge et jaune, le rayonnement fossile dans lequel nous baignons depuis le Big Bang.

Crédits photo : Reuters

 


Le satellite européen Planck fournit une première image complète du ciel dans laquelle le rayonnement résiduel du Big Bang est perceptible.


Il faudra toutefois attendre fin 2012 pour que les scientifiques parviennent à l'isoler parfaitement.


Le Big Bang est là, tout autour de nous.


Nous baignons en effet dans un rayonnement diffus appelé rayonnement fossile, hérité de l'explosion originelle (cette première lumière est émise «seulement» 380.000 ans après le Big Bang).


Mais observer ce rayonnement de micro-ondes très froid (seulement 3 degrés au-dessus du zéro absolu) et dont l'existence a été "annoncée"  à la fin des années 1940 avant d'être observé pour la première fois en 1964, n'est pas chose aisée.


Ce signal est en effet noyé dans l'environnement électromagnétique et il faut toute l'habileté des scientifiques pour parvenir à isoler ce que George Smoot, prix Nobel de Physique 2006, appelait «le visage de Dieu».


 

Aujourd'hui, le satellite européen Planck lancé en 2009 et situé à 1,5 millions de kilomètres de la Terre (un lieu d'équilibre entre le champ gravitationnel de la Terre et du Soleil appelé point de Lagrange)  livre une première image globale du ciel dans lequel on peut observer à la fois le rayonnement de notre Galaxie et cet "écho lumineux"  du Big Bang.


«La structure du rayonnement fossile [en rouge et jaune sur l'image] est plus manifeste dans les régions en haut et en bas de l'image, où l'émission de notre Galaxie est plus faible»
explique Jean-Michel Lamarre, responsable scientifique d'un des deux principaux instruments de mesure embarqués du satellite.

 

Pas d'interprétations avant des mois

 

Afin d'observer uniquement le rayonnement cosmologique du Big Bang, un gros travail d'analyse sera encore nécessaire.


«Les différentes phases du milieu interstellaire émettent dans des bandes de fréquences, des «couleurs», différentes»
explique Jean-Loup Puget, directeur de recherche au CNRS à l'Institut d'astrophysique spatiale.


Ces «couleurs» peuvent sans doute être utilisées pour "séparer" la lumière de notre Galaxie, au centre de l'image, afin d'extraire le seul rayonnement fossile.


«Exactement de la même manière que le cerveau humain est capable d'isoler la voix d'une personne qui parle au milieu d'un groupe en pleine discussion»
ajoute Jean-Loup Puget.


Il faudra ainsi patienter jusqu'à fin 2012 pour que cette nouvelle image incroyablement précise et détaillée du «visage de Dieu» ne soit rendue publique.


Elle devrait apporter une grande quantité de renseignements sur la naissance et les premiers instants de notre univers, et nous permettre de mieux comprendre le rythme de son expansion.


En attendant, ces premières données apportent de précieuses  informations sur notre Galaxie, la Voie Lactée.


 Il faudra toutefois pour cela attendre les résultats des travaux et les conclusions des astrophysiciens... peut-être dans plusieurs mois ou plusieurs années.


 Un travail de fourmi dont l'enjeu est toujours le même :

mieux comprendre comment fonctionne notre univers.

 

(Article du Figaro  écrit par Tristan Vey)

Repost 0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 00:15

 

Le firmament

l'irréalité du moment.



Il y a quelques années, des astronomes avaient calculé que la galaxie la plus éloignée devait se trouver à la distance extraordinaire de 3 500 mililions d'années lumière!
Je ne sais pas à quelle distance se situe la "dernière-repérée".... à ce jour...
 


Avant de laisser une faible trace sur la plaque photographique, sa lumière avait voyagé longtemps... longtemps..
 
Si au moment de cette impression, il lui était arrivé un terrible cataclysme la faisant disparaître, nos descendants ne pourraient s'en rendre compte que dans des millions d'années !




Pour rester plus près de nous, si notre étoile la plus proche, Proxima du Centaure disparaissait, nous ne nous en rendrions compte que dans quatre ans environ, ce qui nous donne une idée du temps que met sa lumière pour nous parvenir.

 
Durant quatre années, nous contemplerions une étoile qui n'existerait plus!
 

Conclusion étrange, fascinante et intéressante:
"Le firmament que nous contemplons n'est pas réel!"


C'est seulement un agglomérat d'images superposées sur notre rétine (ou les photographies) qui nous donnent l'image des astres tels qu'ils étaient il y a un certain temps...


Le temps que met leur lumière pour parvenir jusqu'à la Terre!

 

Quand nous voyons briller une étoile, n'importe laquelle, dans le ciel, nous ne sommes pas certains qu'elle soit encore en train de briller!
 

Si on considérait le phénomène sous un autre angle, en regardant de l'espace vzers la Terre...  dans l'autre sens...

Ce serait encore plus étonnant !

Supposons, avec une bonne dose d'imagination... que d'une planète hypothétique, situons la..  à environ 2 000 AL de nous...
 

Un observateur contemple la Terre.
Imaginons encore... qu'il possède un télescope très puissant qui lui permettrait de voir les villes et nos habitants...

Une supposition, bien entendu...

Cet observateur ne nous verrait pas !!!


Il verrait la réalité telle qu'elle était il y a un certain temps...
 
Il pourrait peut-être... voir la naissance du Christ,  l'incendie de Rome... ou autres évènements...
 

Une idée impressionnante des dimensions de l'Univers !!!

 
La Science-Fiction a tout simplement toujours eu un temps d'avance!


Durant ces dernières années, nous n'avions que peu d'idées et peu de certitudes sur l'aspect de l'univers, mais maintenant, avec les instruments modernes et de plus en plus sophistiqués nous pouvons avoir des images de son "contenu".


 


Jusqu'à un passé récent, les possibilités de l'astronomie étaient limitées mais avec les travaux de ces dernières années, une énorme quantité d'informations nous arrive continuellement de l'espace et avec les nouvelles méthodes d'exploitation...
 
 Le cosmos livre ses secrets petit à petit...

Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 00:15

 

  COUSINETERRE.jpg

  Une "cousine" de la Terre découverte par la Nasa à 600 années-lumière

 

 

Une planète, cousine de la Terre ?

La NASA l'assure grâce aux informations récoltées par son télescope Kepler.

 

Lancé en mars 2009, ce photomètre spatial développé par l'agence américaine détecte des exoplanètes et autres petits corps orbitant autour des étoiles de notre galaxie.

Ses derniers résultats publiés par dans l'Astrophysical Journal interpellent au regard des 1 000 nouvelles exoplanètes potentielles qui ont été découvertes.

 


Parmi elles, il y a en une en particulier qui a attiré l'œil des scientifiques américains 


Kepler-22b.


La première planète dans la « zone habitable », une région où l'eau liquide peut être présente à la surface.

Kepler-22b tourne autour d'une étoile de classe G, située à 600 années-lumière de la Terre et similaire au Soleil, en 290 jours.

 

C'est pas demain qu'on s'y rendra.

 

Elle est environ 2,4 fois plus grosse que notre bonne vieille Terre.


Les astronomes ne savent pas encore si elle est faite de roches, de gaz ou de liquide et si elle est constituée d'un cœur rocheux, si elle a une atmosphère.

 

(Kepler-22b est désormais aussi prometteuse que Gliese 581d et HD 85512b, découvertes en 2007 et 2011.)

Repost 0

-Les Miroirs Du Temps-

  • : Le Miroir du Temps.
  • Le Miroir du Temps.
  • : Histoire de France - Moyen Age - Technologies et sciences - Réflexions philosophiques et autres - Des évènements de la vie actuelle que j'aime, que je n'aime pas qui me font sourire, rire ou me choquent - Et .... quelques souvenirs...
  • Contact

-Viviane-

  • *Viviane*
  • Tenir un blog me permet de découvrir une autre facette de l'amitié!
 Passionnée d'Histoire, curieuse des "pensées" philosophiques et scientifique de formation, j'aime aussi tenir compte de l'actualité.
  • Tenir un blog me permet de découvrir une autre facette de l'amitié! Passionnée d'Histoire, curieuse des "pensées" philosophiques et scientifique de formation, j'aime aussi tenir compte de l'actualité.

ET DEMAIN... ET DEMAIN...

      

- Mardi - Jeudi - Samedi - Dimanche -

      

-Rechercher-

DEMAIN...PEUT-ETRE...

Même "cadre" qu'en haut de cette page... sans aucun doute plus accessible à cet endroit!

 

      

D'autres thèmes divers :

- mardi - jeudi - samedi - dimanche -

      

-Vous Cherchez ???

-SOLIDARITÉ-AMITIÉ-


  
La bougie de l'amitié pour ceux qui souffrent.

MAINS-BOUGIE.jpg


Pour ces petits anges qui n'ont rien demandé .

Cet homme marche, marche, marche...
Il marche pour nos petits anges atteints de la mucoviscidose, pour relier ceux qui souffrent et ceux qui cherchent à les aider.
 Un jour l'amitié demande à l'amour :
"A quoi peux-tu bien servir?"
L'amitié lui répond :
"Je sers à sécher les larmes que tu fais couler!"

Que ce marcheur ne s'arrête jamais...
Jamais... Tant qu'il n'y aura pas une solution.


L'amitié

L'amitié, vue de loin ressemble à un diamant mais, quand on l'approche, c'est une illumination de larmes de joie qui brille dans les yeux de l'autre.

 

-Dernières Publications-

  • L'ORTIE.
    Notre amie l'ortie. On dit que c'est une "mauvaise herbe !" Et pourtant.... Elle contient de la vitamine A, de la vitamine C (7 fois plus que l'orange) et quelques vitamines du groupe B, du fer, du manganèse, de la silice et de la chlorophylle. Grâce...
  • FOIX ET PAMIERS. (09) (2)
    Au Moyen Age : Foix et Pamiers. Rivales?... ou... Complémentaires?.. L'évêque avait décidé de construire l'évêché à Pamiers , jugeant cette ville plus accessible en venant de Toulouse, mais il voulait surtout montrer au Comte de Foix qu'il comptait bien...
  • CITATION DU JOUR.
    Il faut de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre. Paul Eluard.
  • UNE POMME D'EXCEPTION....
    Serait-ce la pomme d'Eve ? Une pomme "extraordinaire" vient d'être retrouvée au Kazakhstan ! Elle résisterait à toutes les maladies et n'aurait pas à subir le 30 (et quelques...) pesticides utilisés pour nos pommes ! Dans la région d'Almaty dans le sud-ouest...
  • UN MONDE NUMÉRIQUE ...
    Les nombres sont-ils magiques ? Nous vivons dans un monde numérique... Au fil des jours, en lisant vos messages et en parcourant vos espaces du web, j'ai très souvent constaté que beaucoup trop se disent fâchés avec les nombres ou avec le calcul ! Ce...
  • CITATION DU JOUR.
    Celui qui connaît l'art de vivre avec soi-même ignore l'ennui. Erasme
  • L'HUILE DE CACTUS.
    L'huile de cactus. La plus connue est l'huile de figue de Barbarie. Basée dans le désert marocain, la culture du figuier de Barbarie est 100% bio, ce cactus n'ayant besoin que de soleil pour pousser. Au Maroc, les femmes l'utilisent depuis des décennies...
  • LA MONNAIE DE SINGE.
    La monnaie de singe. (Trouvé sur Internet - Un titre ou un bannière.?..) "Payer en monnaie de singe" signifie "ne pas rembourser ce que l'on doit ou payer avec de la fausse monnaie" C'est une expression qui date du Moyen Age. Dans la ville de Paris, pour...
  • CITATION DU JOUR.
    L'imagination a été donnée à l'homme pour compenser ce qu'il n'est pas. L'humour pour le consoler de ce qu'il est. Bernard Werber.
  • UN MYSTERE TOMBE du CIEL.
    La météorite de Tcheliabinsk. Le 15 février dernier un bolide a traversé le ciel de l'Oural, une météorite aussitôt répertoriée par l'Union Astronomique Iternationale. Un éclair brillant, une onde de choc et une traînée blanche et double comme pour des...

-AMBIANCE-